29 novembre 2013

Idée cadeau: un décapsuleur mural

Amateurs de bière importée dans votre entourage? J'ai l'idée cadeau qu'il vous faut! Un décapsuleur mural. Et vous savez quoi? Vous pouvez le réaliser le temps de boire une bière!

Il y a quelques années encore, tout bon foyer québécois avait sur le bord d'une armoire un décapsuleur. S'ils sont aujourd'hui en voie de disparition, il est encore possible d'en retrouver en brocante ou chez certains fournisseurs d'équipement de restaurant.

Un décapsuleur qui en a vu des party de cuisine...

Pour réaliser ce projet, vous aurez besoin:
  • une planche de bois
  • un décapsuleur mural
  • 2 petites vis à bois
  • une scie
  • de la peinture acrylique
  • du papier sablé
  • une bière!



Voici les étapes pour le réaliser:
  1. S'ouvrir une bonne bière. Prendre 1 gorgée.
  2. Couper une planche de bois de grange (dans mon cas achetée chez Langevin & Forest pour 5,59$) à la hauteur désirée (ici 9 po.).
  3. Prendre 2 gorgées de bière.
  4. Viser le décapsuleur sur la planche.
  5. Prendre 1 gorgée de bière.
  6. Mélanger un peu de peinture acrylique noire et blanche afin d'obtenir un gris semblable à la planche.
  7. Prendre 2 ou 3 gorgées de bière.
  8. Peindre le contour de la planche.
  9. Terminer notre bière le temps que la peinture sèche.
  10. Sabler les arrêtes de la planche ainsi que les côtés afin d'antiquer et d'obtenir un fini qui s'agence à notre planche.
  11. S'ouvrir une bonne bière à l'aide de notre décapsuleur... c'est une question de contrôle-qualité!

12 novembre 2013

Idée cadeau: cuillères de bois peintes

En cette belle et magnifique journée de début de flocons et de froid revigorant (sentez-vous l'ironie dans mon ton...), j'initie une série dans laquelle je vous proposerai des idées de cadeaux de Noël ou d’hôtesse fait main. Et pour commencer j'ai pensé à un projet tout ce qu’il y a de plus simple: des cuillères de bois peintes. Vous avez probablement déjà tout ce qu’il faut à la maison. Quoique à bien y penser il serait préférable de ne pas refiler vos vieilles cuillères de bois à la parenté et aller en acheter des neuves pour l'occasion. Je suis pro-récupération, mais faut parfois savoir se garder une petite gêne!




Je vous propose donc deux techniques, réalisées avec des médiums différents dans les deux cas.

1. TECHNIQUE DU TREMPAGE
Comme son nom l’indique, il s’agit de tremper le manche de votre cuillère dans de la peinture. Ici, j’ai opté pour de la peinture au latex. En fait, j'ai utilisé des format d'essais qui étaient en liquidation au Home Depot à 50 ¢ chacun, il y a plusieurs mois de ça. N’allez surtout pas acheter ce format de pot (à 5 $... c’est du vol!) pour faire le projet. N’importe quel restant de peinture que vous avez déjà à la maison conviendra parfaitement.


J’ai donc trempé le manche de la cuillère jusqu’à l’endroit désiré, l’ai retiré et l’ai laissé égoutter au dessus du pot jusqu’à ce que tombe la dernière goutte. J’ai ensuite mis ma cuillère tête en bas dans un superbe sèche-cuillère spécialement conçu à cet effet…



Après quelques minutes vous constaterez qu’un surplus de peinture tentera alors de dépasser la limite que vous vous étiez fixée lors de votre trempage. Il suffit alors de retourner la cuillère, tête vers le haut en la faisant tourner délicatement dans vos mains afin que la peinture se redirige vers l’autre extrémité. Replacer dans votre super support et laissez sécher.

Pour terminer j’ai appliqué une couche de vernis clair  sur la partie peinte uniquement afin de sceller le tout. J’ai utilisé mes cuillères plusieurs fois depuis et rien n’a bougé. Elle sont popote-proof!



2. TECHNIQUE DU RUBAN CACHE
Une autre possibilité est de créer des motifs à l’aide de ruban à masquer. Pour ce faire, j’ai aléatoirement placé des bandes de rubans sans mesures précises. Parce qu'on ne veut surtout pas se casser le ciboulot, ni que notre cuillère semble sortie de l’usine.



Après avoir bien collé le ruban à masquer, on peint les espaces laissés libres à l’aide d’un petit pinceau. Cette fois-ci, j’ai choisi l’acrylique et j’ai appliqué deux couches. Pour ce faire, on remarque que j’ai encore utilisé un porte-cuillère à la fine pointe de la technologie!

Petit conseil : ne pas peindre le ruban en l'abordant à contre-sens. Ça aurait pour effet de faire des traces sous le ruban, et ça, on n’aime pas ça. 

Une fois la peinture sèche au toucher, retirer délicatement le ruban. Dans mon cas, malgré le fait que je me sois bien appliquée, j’ai dû faire quelques retouches à main levée. J’ai ensuite recouvert toutes les bandes de peinture et même les parties non-peintes entre celles-ci, de Mod podge. L'inconvénient avec le Mod podge c'est que lorsqu'il est mouillé, donc au moment de laver la cuillère, son odeur (pas super bonne) ressort. Mais elle s'estompe rapidement en séchant.




Pour ceux qui se le demande, je ne conseille pas de peindre vos cuillères de bambou. J’ai longuement observé les miennes et le fini est beaucoup trop lisse. Peut-être serait-il possible de le faire en sablant préalablement la surface à peindre, mais je n’ai aucune idée de comment réagira ce bois. Faites-le moi savoir si jamais vous tenter le coup… mais je me dégage de toute responsabilité en cas d’échec!

Maintenant, pour offrir vos magnifiques cuillères en cadeau, plusieurs possibilités s’offrent à vous : vous pouvez en ajouter une à un panier-cadeau gourmand, en faire un bouquet composé de plusieurs cuillères colorées ou pourquoi pas en offrir une paire à un musicien qui saura vous jouer un petit rigodon dans le temps des fêtes!


NOTE : Ne pas peindre trop près de l’endroit où la cuillère sera en contact avec la nourriture. Rester dans le haut du manche.
NOTE 2 : Laver délicatement à la main. Ne PAS mettre au lave-vaisselle. Ever!


______________________________________________________________
P.S. Je ne sais pas ce que j'ai fait à mes photos, mais en les important elles sont toutes devenues floues. Et comme je ne suis pas photographe, graphiste, ni patiente et bien je les ai laissées telles quelles. Désolée...

4 novembre 2013

Eau parfumée lavande et romarin maison

Plusieurs d'entre vous le savent déjà, mon formidable et beau Ludo est atteint du TDA/H. Et parmi tout ce que ça implique, dans son cas il y a le fait qu'il ne veux/ne peux dormir. Qu'il soit également anxieux n'aide pas non plus, l'heure du dodo venue. Depuis qu'il est né, j'ai donc tout, Tout, TOut, TOUt, TOUT essayé les techniques inimaginables et en ai inventé encore plus afin de favoriser un climat agréable et propice au sommeil.

De janvier à avril dernier, l'anxiété était à son apogée. Il refusait catégoriquement d'aller au lit.  Du jour au lendemain il s'est développé des peurs démesurées. Peur des voleurs armés, des bruits de la maison, peur du feu, peur des ronflements de son frère (ils partagent la même chambre), des portes d'autos qui se ferment dehors. Il nous réveillait en hurlant au milieu de la nuit. Il était tellement angoissé qu'il en a développé des TOC (trouble obsessionnel-compulsif): chaque soir il vérifiait 5-6 fois si les portes étaient bien fermées et barrées. Une fois, chez ma mère qui le gardait pour la nuit, il est allé vérifié si la porte patio était bien barrée pour ne pas que les voleurs viennent. Elle habite au 6e étage!

Quand je dis que j'ai TOUT essayé pour qu'il s'apaise et puisse trouver le sommeil, je lui ai même transféré un faux courriel me présentant comme le commandant du poste du quartier. Je lui disait que la police patrouillait dans notre rue la nuit pour s'assurer de notre sécurité et lui confirmait qu'il n'y avait pas de voleurs dans notre quartier. J'ai beurré encore plus épais en lui disant que le bruits de portières venait d'eux et qu'ils s'en excusaient...  En conclusion je l'invitait à saluer les policiers qu'il croiserait sur son chemin car ils sauraient qu'il est LE Ludo!

Après plusieurs mois d'attente (et de nuits qui se terminaient pour lui et moi à 2 ou 3 heures du matin...), nous avons enfin eu de l'aide d'une psycho-éducatrice du CLSC. Les choses se sont beaucoup améliorées depuis, mais il l'a voit encore car la routine du dodo reste (et restera) quelque chose de très fragile... C'est pourquoi j'ai décidé d'essayer un énième truc pour l'aider à dormir. J'ai concocté une eau lavande-romarin. Vous connaissez déjà les propriété apaisante de la lavande, mais vous vous dites NON! pas du romarin, c'est stimulant! Ce à quoi je vous réponds OUI! car les enfants hyperactifs ont justement besoin de concentration pour arriver à s'endormir. (NOTE: Ceci est mon hypothèse et non une affirmation.)

 Grillons sur branches de lavandes
photo prise par Ludo cet été au chalet


E A U  D E  L A V A N D E  E T  R O M A R I N 
3 tasses d'eau
4 tasses de lavande fraîche (branches, feuilles et fleurs)
5 ou 6 tiges de romarin frais
10 gouttes d'huile essentielle de lavande
1 once de vodka 



1. Faire tremper une quinzaine de minute la lavande et le romarin dans un grand bol d'eau tiède afin d'enlever toutes traces de poussière et de terre. Égoutter.
2. Faire bouillir l'eau dans une grande casserole. Réduire le feu à moyen-doux.
3. Jeter la lavande et le romarin dans l'eau, couvrir et laisser mijoter 15 minutes.
4. Retirer du feu et laisser macérer 15 minutes.
5. Placer un chinois ou une passoire dans un cul-de-poule et y verser le liquide. Jeter les branches au compost.
6. Verser le liquide dans un filtre à café. Changer quelques fois le filtre. Répéter cette opération deux fois.
7. Ajouter l'huile essentielle, la vodka et agiter (et pourquoi pas se faire un petit drink, la bouteille étant déjà sortie...).
8. Verser dans une bouteille munie d'un vaporisateur.




Et c'est là que j'ai fait le meilleur jeu de mots au monde. Je l'ai baptisé Eau dodo! Quiconque se trouvant, comme moi, avec un déficit de sommeil accumulé se calculant en années la comprendra... et la rira!

J'ai donc fait le test auprès de Ludo hier soir. J'en ai vaporisé sur le contour de son lit et j'ai fait quelques pouche-pouche supplémentaires dans l'air pour la luck.

M- Sens! Je t'ai fait une eau magique pour t'endormir.
L- Ça sent rien...
M- C'est magique j'te dis. Pis regarde comment je l'ai appelé: Eau dodo. La pognes-tu?
L- LOL!, dit sur un ton tellement pré-ado

Il peut bien LOLer tant qu'il veut, mais il s'est endormi en un temps record... la mélatonine aidant également! 

Même si cette eau ne vous fait pas dormir comme une bûche, reste que ça sent vraiment très bon. Parfait pour rafraîchir votre literie ou un fond de garde-robe!

NOTE: L'eau se conserve deux à trois semaines au frigo. Verser tout surplus dans des bacs à glaçons. Se conserve un an au congélateur.
Si vous n'avez pas de lavande dans votre potager, vous pouvez utiliser 1 tasse de fleurs séchées du commerce.



2 novembre 2013

LA PORTE ROUGE - Peindre la quincaillerie

Ce n'est plus une surprise pour personne, nous avons récemment restauré notre porte d'entrée. Nous avons travaillé très fort, on se le rappelle ici et ici! Vous pouvez même cliquer ici pour voir la grande révélation!

Alors pour se récompenser d’avoir aussi bien travaillé (petite tape sur l’épaule) on s’est offert une toute nouvelle quincaillerie. Un vrai kit qui « fitte » pour remplacer les quatre éléments dépareillés qui ornaient anciennement la porte. Mais la poignée ne convenait pas à l’épaisseur de notre porte (2 ½ po.) qui, je vous le rappelle, n’est pas standard (le standard aujourd’hui étant 1 ¾ ou 2 po.). Nous avons donc dû la retirer et la retourner au magasin, ce qui a laissé un beau gros trou dans notre porte. Grrrrr! 



J’ai alors regardé en ligne dans les quincailleries grandes surfaces un ensemble de poignée et serrure qui conviendrait à l’épaisseur de notre porte, mais j’ai fait chou blanc. Et là je me suis imaginée devoir aller dans une boutique spécialisée, leur donner ma dernière paye ainsi que celle à venir et j’en suis venue à la conclusion qu’il valait mieux peindre celles que nous avions déjà. Elles étaient laides de toute façon alors nous n’avions pas grand chose à perdre…


Nous les avons d’abord sablées afin d'ôter tout le lustre et ainsi permettre à la peinture de mieux adhérer. Nous avons commencé avec le grinder, puis terminé à la main.


Pour ceux qui se demande, voici à quoi ressemble une poignée sablée:

Remarquez mon magnifique support à poignée faite d'une boite de bouillon de poulet!


Nous avons pris soin d'enlever le barillet de la serrure afin que la peinture ne s'y loge pas, puis on a vaporisé trois couches de peinture en aérosol. On a choisi la peinture RUST-OLEUM de couleur noire, fini satin afin de garder une certaine brillance rappelant l'aspect métallique de la quincaillerie. 



Après avoir peint notre quincaillerie et bouché le trou laissé par la poignée standard, nous avons réinstallé le tout. 

Et puis on s'est chacun servi un verre... on le méritait!


On ne s'attend évidement pas à ce que la peinture tienne ad vitam aeternam sur ce type d'articles manipulés aussi régulièrement. Cela fait déjà deux mois que nous avons peint nos poignée et serrure et n'avons pour l'instant noté aucun signe d'écaillement. Mais ceci dit, j'assumerai pleinement d'avoir un chip sur ma poignée mais 500 $ de plus dans mon compte de banque!

1 novembre 2013

Bouillon de pommes

La fin de semaine dernière j'ai fait l'un des plats préféré de Ludo: de la croustade aux pommes et poires. Une fois le plat au four, j'ai regardé mon tas de coeurs de pommes et de pelures de poires et une drôle d'idée m'a traversé l'esprit: et si j'essayais de faire du jus avec mes restants? On fait bien du bouillon de poulet avec la carcasse! 

Il faut dire que quelques jours auparavant je discutais avec mon amie A. de bouffe, de potager urbain et de paniers de légumes bio (je fais ici une super parenthèse pour vous dire que nous parlions de tout ça à l'occasion d'un souper bénéfice, entre deux bouchées du repas quatre services concocté par nulle autre que la reine des tapas: Marie-Fleur St-Pierre...) et A. me disait justement qu'on lui avait parlé qu'il était possible de cuisiner les épluchures. Après notre DÉ-LI-CIEUX repas, nous en sommes venues à la conclusion que nous pourrions manger tous les jours au Tapeo mais que nous n'étions pas encore prêtes à cuisiner les épluchures. Mais j'imagine que l'idée a entre-temps germé dans la portion de mon cerveau destinée à la bouffe et j'ai décidé de tenter le tout pour le tout (hey! il n'y a pas de petits défis). En fait je n'avais rien à perdre puisque la matière première allait terminer dans le bac de compostage de toute façon.

N'écoutant que mon courage, j'ai mis les coeurs et épluchures des fruits dans une grande casserole et j'ai recouvert d'eau. Puis j'ai ajouté une petite cuillerée de sucre (je vous l'ai dit, il n'y a pas de petits défis), me disant qu'au final si ça ne goûtait pas le moins du monde ni la pomme ni la poire, au moins ce serait un peu sucré. Tout comme je le fais avec mon bouillon de poulet, j'ai fait bouillir pendant une heure puis ai laissé mijoter une autre heure. Ensuite j'ai versé le mélange dans une passoire pour retirer tous les morceaux, puis j'ai re-versé le liquide dans la passoire, cette fois couvrant préalablement le fond de papier essuie-tout afin de retirer le surplus de pulpe.

Et c'est comme ça que j'ai fait du jus de pommes-poires!


C'est bon, mais disons que le goût est subtil. Voilà! J'ai trouvé mon style culinaire. Je fais dans la cuisine subtile. Et avec des épluchures!

Vous cuisinez les épluchures? Vous avez une recette à partager? Je songe sérieusement essayer un bouillon de légumes la prochaine fois...